En travaillant sur l’illustration d’une affiche du Paris Games Week, je me suis amusé à faire des captures d’écran au fur et à mesure, ce qui permet de voir un peu les différentes étapes par lesquelles je suis passé pour la réaliser.

J’ai passé une journée dessus, en travaillant assez vite (il s’agissait d’une compèt’, donc l’idée était quand même de ne pas y passer trop de temps). Tout est fait dans Photoshop, principalement à la tablette, pour gagner du temps. L’idée, définie à l’avance, était de faire une mascotte, sous la forme d’un robot composé en partie d’éléments faisant référence au jeu vidéo. Il s’agit donc plus d’un travail de rough, de l’illustration vite fait, bien fait, donnant rapidement une bonne idée, que d’une illustration léchée.

Je travaille sur un gros format (40 x 40 à 600 dpi), prévoyant large, au cas où la piste serait prise ! Cela m’évitera d’avoir à refaire l’illustration pour de très gros formats. À noter également que je travaille dans un format carré, si l’illustration fonctionne dans ce format elle devrait être adaptable assez facilement sur des affiches verticales, horizontales, des bandeaux, etc.

Étape 1 : Je fais un croquis rapide, directement à la tablette, pour valider la position du personnage et son aspect.

Étape 2 : Directement dans Photoshop je dessine au propre, en vectoriel, les différentes parties du robot. Tout en niveau de gris, pour l’instant, je m’attaquerai à la couleur plus tard.

Étape 3 : À partir de la structure que je viens de dessiner, je crée du volume, au pinceau, en faisant ressortir les parties éclairées et les parties dans l’ombre. J’ai décidé que la lumière viendrait d’en bas et un peu par derrière, comme si le robot montait sur scène (l’accroche du festival est « Le jeu vidéo fait son show »).

Étape 4 : Mon robot commence à ressembler à quelque chose, le problème est qu’il ne ressort pas bien. Je mets donc une couleur dans le fond, en le laissant, lui, en niveau de gris. Cela peut sembler paradoxal (on aurait tendance à penser qu’il vaut mieux garder un fond neutre et un premier plan coloré), mais dans le cas présent c’est ce qui fonctionne le mieux.

Étape 5 : Je fignole les ombres et lumières, rajoute des détails et des lumières dessus.

Je teste maintenant mon illustration dans un format affiche. Je l’intègre avec un logo réalisé en parallèle pour voir ce que ça donne, et voilà !